Être de gauche…ou comment mettre en œuvre une politique de gauche ?

Comment mettre en œuvre une politique de gauche au 21ème siècle ?

La plupart des partis de gauche se reconnaîtront dans les idéaux cités dans l’article précédent : « Sensibilité de gauche… » 

Article auquel il faut ajouter deux déclarations :

Celle de notre regretté JPierre Bacri,  « Vous savez,  je suis de gauche toute la journée, pas besoin d’être un héros pour cela. Il me suffit de considérer l’intérêt général avant le particulier,  de préférer le respect de l’individu aux lois du marché. Plus concrètement, d’essayer à chaque coin de rue d’être attentif à l’autre, à l’étranger et d’être tolérant « 

Celle attribuée à Simone Veil : « Je ne suis pas marxiste mais les inégalités me révoltent ! »Phrase qui fait bien apparaître la problématique d’une politique de lutte contre les inégalités.

Considérer , comme beaucoup d’entre nous, les inégalités comme insupportables ; ne dit pas comment ?, ni quelle politique mettre en œuvre pour lutter contre?

La principale question n’est donc pas de se sentir de gauche mais de mettre en œuvre une politique de gauche ? Comment ?


« Réformisme Révolutionnaire ? », « Sociale-Démocratie ? » ou encore « Révolution anti-capitaliste ? »

Cette question anime le débat depuis la création de notre Parti et malgré le choix courageux et visionnaire de Léon Blum 1920, lors du Congrès de Tours.

Pour information,  une publication de l’OURS sur les déclarations de principes de notre Parti.

  • 1990 : Congrès de Rennes : ouverture à l’économie de marché.
  • 2008 : Reconnaissance du  » développement durable »

Faut-il considérer la société trop noire, impossible à réformer et faut-il la détruire de force pour la reconstruire et la remplacer par un autre système ? : « Révolution Anti-Capitaliste »
Il s’agit là de la théorie développée par la gauche révolutionnaire et anti-capitaliste, LO, Insoumis, PC en France , Podemos en Espagne.

Faut-il au contraire l’accepter pour mieux la modifier , l’améliorer à coup de lois et règlements pour donner davantage de droits tout en restant dans le cadre démocratique et en gardant le système capitaliste ? : »Sociale-Démocratie »
Le Parti Socialiste, sauf erreur de ma part s’inscrit dans cette deuxième démarche, à savoir la gauche réformatrice et sociale démocrate dans un cadre de développement durable et ne confond pas « Capitalisme »comme système de production et « Libéralisme «comme système de société.

Pour faire simple, être militant au Parti Socialiste c’est défendre les idées d’un Parti qui a voté dans sa ligne majoritaire pour :

–  la Sociale Démocratie comme systémique de société.

– l’idée du Développement Durable dès 2008 dans le  système productif.

– la Gauche de Gouvernement plutôt que la Gauche d’opposition. Il a fait la preuve à de nombreuses occasions de sa capacité à diriger le pays.

– la Gauche des territoires (Girondine)plutôt que la Gauche Etatique (Jacobine) : la décentralisation, les budgets participatifs, c’est nous.

–  la Gauche des idées dans le cadre de sa rénovation , en écoutant ses militants, plutôt que la Gauche Populiste de tradition verticale derrière un Chef.


Pourtant un constat évident s’impose : Pour gagner les prochaines élections locales ou nationales, l’union des forces de gauches et écologistes est indispensable !

Aucun des Partis de Gauche n’est capable de gagner seul. Alors que  le total pourrait être de 30 %

Deux écueils à éviter, la confrontation ou bien l’union-confusion.

Pour cela une solution consisterait à :

– Construire une plateforme avec un ou des projets communs à toutes les formations de gauche, en déterminant une liste d’objectifs prioritaires à atteindre dans les domaines des revenus, des salaires, des transports, du social, de la santé , du développement durable…bref , dans ce qui devrait être les obligations régaliennes d’un État Social et Protecteur et ce à tous les niveaux de représentation, Commune, Communauté, Département, Région et National.


Avancer enfin vers une union des formations de gauche à l’image de ce  meeting unitaire  organisé ce Mercredi 11/12/2019 à Saint Denis , où on a pu entendre :

Pierre Laurent pour le PCF « cette opposition au projet de réforme des retraites, peut être un point d’appui pour la suite »

Olivier Faure pour le PS  »  Macron est fort de nos divisions… »

Julien Bayou pour EEV « ça aurait de la gueule de passer d’une coalition de rejet à une coalition de projets… »

Une fois le projet construit il sera facile de trouver la bonne personne pour le porter.

En tous les cas il est urgent pour les formations de gauche de s’organiser afin de prendre le relais des actions syndicales du moment et d’oublier pour un temps au moins le jeu personnel des Présidentielles .

Le secrétaire : Claude Descoubes

Le trésorier : Alain Dicharry