Portrait-robot des sympathisant(e)s du Parti Socialiste

La Fondation Jean Jaurès a publié en Octobre 2018 une étude sur le portrait-robot des sympathisant(e)s du Parti Socialiste, sous la plume de Gilles Finchelstein.

Nous vous en proposons un rapide résumé en espérant vous donner envie d’aller consulter la source par ce lien : Portrait

En 2012, jamais dans son histoire le Parti Socialiste n’avait disposé d’autant de leviers de pouvoirs nationaux et locaux.

Cinq ans plus tard, son candidat ne rassemble que 6% des suffrages à l’élection présidentielle et il ne dispose plus que d’un groupe de trente députés.

Question « Audelà de la réduction de son influence électorale et de ses forces militantes, le Parti Socialiste conserve-t-il un socle de sympathisants ? »

Définition du sympathisant(e)

Toute formation politique est composée d’un halo et d’un noyau.

Le halo rassemble celles et ceux qui, à un moment donné, ont été ses électeurs ;

Le noyau se décompose en deux cercles concentriques. Le petit noyau, à l’intérieur, est composé des adhérents et le plus grand , est composé des sympathisants. Le gros noyau englobe bien entendu le plus petit et constitue le socle électoral de tout parti.

Cette étude exceptionnelle a été effectuée à partir d’un échantillon de 12 487 personnes. Il en ressort un nombre de 1 058 sympathisants du Parti Socialiste qui ont été soumis à plus de 60 questions dans l’objectif se déterminer ;

Combien sont-ils ?

– Qui sont-ils ?

– Que pensent-ils ?

Combien sont-ils ?

– 9 %  des 12 487 personnes interrogées se disent proches du PS, cela paraît peu, mais dans  ce même échantillon ;

– 14 % se disent proches de la LRem

– 13 % de LR

– 13 % de FN

– 7 % de FI

Le problème principal se situe donc par rapport à avant et non pas par rapport aux autres partis qui ont le même problème, c’est à dire peu de sympathisants.

Qui sont-ils ?

L’image traditionnelle des sympathisants du PS,  véhiculée ici et là, oscille entre deux bornes, d’un côté, le parti de la jeunesse et des ouvriers, d’un autre côté, le parti des bobos surdiplômés, fortunés et nourris aux produits bio.

Les données sociologiques de l’étude indiquent ;

– que les sympathisants du PS sont surtout des sympathisantes, + 5 % par rapport à la moyenne des autres partis

– qu’ils ont plutôt plus de 50 ans, qu’ils appartiennent à la classe moyenne, ont ou ont eu des professions intermédiaires, un niveau d‘études à Bac + 2 et un revenu individuel compris entre 2500 et 3500 euros.

Ce qui fait apparaître le problème commun à toutes les social-démocraties, peu de sympathisants du PS en milieu populaire.

Les données psychologiques, où pourquoi deux personnes de même niveau sociologique vont voter différemment, indiquent que les sympathisants du PS ;

– ont une vision optimiste de leur situation et de l’avenir, avec le sentiment d’avoir réussi leur vie et d’avoir une situation matérielle meilleure que leurs parents.

Les données politiques indiquent que les sympathisants du PS :

– ont vécu et vivent dans un environnement de gauche

– 45 % de celles et de ceux qui se déclaraient proches du PS en 2016 sont restés proches du PS aujourd’hui . Il s’en est suivi une migration, pour partie vers LRem , 25 %,  vers FI, 6 %,  vers Générations, 4 %, et vers aucun autre parti, 14 %.

– 75 % de celles et de ceux qui se déclarent proches du PS  aujourd’hui l’étaient déjà . 25 % viennent donc d’ailleurs , dont 7 % de FI (solde positif).

Que  pensent-ils ?

– 59 % jugent le bilan du Président Macron assez ou très négatif.

– 70 % jugent sa méthode de gouvernement trop autoritaire, trop verticale, en ne tenant pas compte des corps intermédiaires, des élus locaux et des organisations syndicales.

Deux divergences majeures donc sur la politique sociale du gouvernement et la démocratie.

– le mot « Europe » évoque quelque chose de positif pour 61 % d’entre eux et 78 % quitteraient la Communauté Européenne  à grands regrets.

– toutefois , la question européenne arrive très loin dans la hiérarchie de leurs priorités, en dernière place  sur 10 priorités potentielles.

Ils sont donc pro-Européens , mais ils souhaitent que le Gouvernement régle d’abord les problèmatiques nationales.

– En masse, 75 %, les sympathisants du PS ont le sentiment que « les élites politiques ignorent les problèmes et les difficultés du peuple »

– 80 %, ont le sentiment que « le Pouvoir  politique est soumis aux puissances économiques mondialisées , ce qui apparaît comme une démission idéologique , car le Politique doit primer sur l’Economique.

– toutefois, 44 % pensent que la démocratie fonctionne bien, mais 60 % pensent qu’elle  pourrait être améliorée. Par exemple par la mise en place du Référendum d’Initiative Partagée (RIP) Inscrit dans la Constitution depuis 2008.

Vous pouvez écouter et voir ici, la conférence de presse donnée par nos Parlementaires Landais.

– par contre, 34 % seulement approuvent la recherche du ou la , leader fort(e).

Le débat et la confrontation dès le premier niveau, la section par exemple, l’emportent, puis viens la désignation de celui ou celle qui portera ces idées.

Pour terminer, quelques réponses à des questions qui relèvent de l’intime et des valeurs individuelles.

– 15 %  pensent à rétablir la peine de mort;

– 84 % pensent que l’homosexualité est une manière acceptable de vivre sa vie;

– 25 % pensent qu’il y a trop d’immigrés en France;

– 32 % pensent que l’Islam est une menace pour l’Occident;

– 19 % pensent qu’il faut réduire le nombre de fonctionnaires;

– 71 % pensent que pour favoriser les entreprises françaises, il faut aller vers plus de libre-échange et non plus de protectionnisme.

– le mot « nationalisation » n’est positif que pour 32 % d’entre eux.

Les sympathisants du PS sont des adeptes de l’économie de marché, régulée par l’Etat. «  Faire du social sans socialiser l’outil de production »

– 53 % mettent la lutte contre le chômage en priorité.

– 57 % pensent qu’il faudrait prendre aux riches pour donner aux pauvres. Le rétablissement de l’impôt de solidarité sur la fortune est une priorité.

– 10 % seulement pensent que la société est  juste.

En conclusion,

– les sympathisants du PS sont plutôt unis par leurs idéaux et leurs convictions, ils forment un groupe cohérent , ce qui est assez rare dans les autres partis ou groupes.

– c’est sans doute la Social-Démocratie qui caractérise le mieux ce groupe.

– le positionnement de plus en plus vers la droite du Président Macron , les positionnements de plus en plus extrêmes de la FI et du RN, ouvrent un espace idéologique de plus en plus large pour le PS.

Merci de votre lecture. Nous espérons que ce rapide résumé à la conclusion plutôt positive pour notre Parti,  vous ouvrira des perspectives pour 2019 et vous incitera à télécharger la source pour largement compléter ces informations par textes et graphiques précis et explicites.

Portrait-robot des sympathisants du PS , Fondation Jean Jaurès.

Le secrétaire : Claude Descoubes

Le trésorier : Alain Dicharry