La mobilité au départ de Labenne, sur MACS et autour du territoire

L’actualité nous montre que la mobilité et son coût posent problème à de nombreux(ses) de nos concitoyen(ne)s.

Nous proposons à votre lecture une analyse locale de ces problèmes et des solutions proposées pour faciliter la mobilité depuis Labenne, sur notre Communauté de Communes, MACS ; ainsi que vers le Grand Dax et vers Côte Basque.

Etat des lieux réalisé à partir du Programme Local de l’Habitat 2016-2021 sur MACS, adopté en Septembre 2016.

MACS, notre Communauté de Communes, Maremne Adour Côte Sud , regroupe 23 Communes sur un territoire très étendu. Les extrémités Nord, Moliets et Maà ; et Sud , Labenne ; sont distantes de 53 km.

De plus, notre territoire ne dispose pas d’un pôle central d’attractivité, mais de plusieurs pôles intermédiaires autour des villes de Labenne, Capbreton, Soorts-Hossegor, Saint Vincent de Tyrosse, Soustons et Saint Geours de Maremne avec Atantisud.

A ce jour, la population de MACS dépasse les 60 000 habitants, elle est en très forte croissance (plus 14 500 habitants en 12 ans),d’après le programme local de l’habitat 2016/2021.

Par ailleurs les projections du Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) font apparaître une estimation de la population de MACS  à plus de 80 000 habitants, à l’horizon 2030.

Ces chiffres démontrent l’attractivité de notre territoire.

En ce qui concerne l’emploi, MACS comptait en 2010,  19 714 emplois pour 25 662 actifs. Avec un coefficient de 0,87 emploi pour 1 actif, les offres d’emploi locales sont donc insuffisantes.

Les prévisions d’augmentation d’offres d’emplois sont de 9 300 à l’horizon 2030, pour un total proche de 30 000. Si on conserve un ratio  habituel moyen de 1 emploi pour 2,9 habitants, le prévisionnel d’offres pourrait satisfaire une population de plus de 80 000 habitants.

Il y donc cohérence à l’horizon 2030 , entre le nombre prévisionnel d’habitants et celui des emplois. Sauf si l’attractivité est plus forte que prévue.

D’autre part, 75 % des emplois localisés sur MACS sont occupés par des actifs qui y habitent, 15 000 environ, donc, 5 000 sont occupés par des personnes venant de l’extérieur du territoire.

Un autre indicateur nous informe que si 67 % des habitants  vivent et travaillent sur MACS ( 15 000 emplois), 33%  qui y vivent travaillent ailleurs ( 7000 emplois)

A noter que ces emplois sont situés en majorité autour de la D810.

Conclusion, 15 000 personnes se déplacent tous les jours sur le territoire de leur lieu d’habitation vers leur lieu de travail, 5 000 autres viennent d’ailleurs pour travailler sur le territoire et 7 000 sortent du territoire pour aller travailler ailleurs.

Soit un déplacement  journalier estimé autour de 32 000 personnes en aller et retour pour se rendre du domicile au lieu de travail.

Ces données sont issues du Schéma de Cohérence Territorial (SCOT) qui indique, par ailleurs ,  que 87 % de la population utilise une voiture pour se rendre sur son lieu de travail, donc une très forte dépendance aux transports carbonés.

Une autre indication fait apparaître que les rapports respectifs à l’emploi et au coût du logement, impactent les stratégies résidentielles des ménages actifs.

En effet, si le marché de l’accession à la propriété est caractérisé par une offre abondante, les prix sont élevés, surtout sur le littoral.

Pour faire simple, trouver du travail est difficile , se loger au plus près l’est encore plus , la plupart de nos concltoyen(ne)s sont donc contraints de parcourir des kilomètres, beaucoup plus en tous les cas que de traverser simplement une rue.

Les offres de mobilité.

MACS, exerce en lieu et place des Communes, dans ses limites territoriale et d’intérêts communautaires, la compétence  mobilité des personnes.

– le 25 Août 2014, MACS mettait en place le réseau de lignes régulières de bus, Yégo, actuellement, lignes 1a, 1b, 2 et 3.

Sa vocation est de favoriser la mobilité durable et les liaisons intercommunales sur l’ensemble du territoire de MACS. Ces lignes  relient entre eux les principaux centres d’activité du territoire et facilitent les déplacements domicile-travail. D’autre-part certains arrêts proposent des correspondances avec les lignes de bus XL’R et les TER en provenance ou en direction de Dax et Bayonne.

– réseau de liaisons douces pour tous les jours,   Vély, en adéquation et complément des lignes de bus. Certains d’entre eux prennent en charge les vélos.

– l’aide au co-voiturage par l’aménagement de parkings adaptés.

– l’aide à l’auto-stop organisé avec le système Rézo-pouce.

– l’aide à l’utilisation des véhicules électriques, par l’installation de bornes en libre service .

Vous trouverez tous les détails en activant ce lien.

– l’aide au travail à domicile, ou  télé-travail, à savoir comment travailler sans se déplacer grâce au haut-débit . (lire l’article, ici)

Le Département,

– le Département continue  d’assurer la gratuité du transport scolaire. Cette compétence a été transférée à la Région depuis la rentrée scolaire 2017, qui propose un tarif unique dans l’ensemble des départements qui la composent.

Le Département des Landes reverse donc une contribution à la Région Nouvelle Aquitaine afin que les transports scolaires restent gratuits sur tout notre territoire.

– mieux encore, une aide compensatoire peut être demandée par les familles d’enfants scolarisés et dont le domicile se trouve éloigné  des lieux de ramassage.

Voir  ici, le détail de la mesure

La Région Nouvelle Aquitaine 

– assure un service de Bus par sa Régie Régionale de Transports des Landes ( RRTL) passant par Labenne, vers Dax (6 départs / jour) ou vers Bayonne(6 départs / jours également).

– assure un service de TER, passant par Labenne, vers Dax (3 départs / jour)  ou vers Bayonne (5 départs / jour).

Conclusions sur cet état des lieux.

Les besoins de mobilité sont bien réels et contraints

En matière de mobilité,  nos Collectivités  locales proposent un nombre important de possibilités alternatives, souvent avec une anticipation bien comprise par rapport au rôle global et contraint de la voiture et de son impact dans le budget des familles et sur ses nuisances en matière d’émissions de gaz carbonique.

L’utilisation de la voiture devrait donc rester le dernier recours.

Challenge pour le proche avenir

Continuer à proposer des solutions alternatives  à la voiture, adaptées le plus possible aux besoins des familles afin de réduire  les déplacements en voiture et les dépenses engendrées par les besoins de mobilité.

Trouver un accord global entre toutes les Collectivités concernées : la Région Nouvelle-Aquitaine, le Département des Landes , de MACS, de la Communauté de Communes du Seignanx et l’Etablissement Public de Coopération de la Côte Basque afin d’amener le tram’bus  jusqu’à Labenne où il serait très simple, comme le propose le Maire de Labenne, d’emménager un parking voiture aux abords de la gare.

La fiscalité écologique destinée à détourner l’usage de la consommation des énergies les plus polluantes se doit de frapper fort pour être efficace. Mais, sans alternatives  suffisantes dans les territoires ruraux ou périphériques aux bassins d’emplois, elle  aboutit à matraquer les plus démunis  et tous ceux qui  n’ont pas les ressources nécessaires pour acquérir des véhicules et des moyens de chauffage plus à même de satisfaire à l’exigence écologique.

C’est bien par des propositions innovantes et adaptées, non punitives et abordables , que  nos Collectivités trouveront l’assentiment et la participation de toutes et tous.

Le secrétaire : Claude Descoubes

Le trésorier : Alain Dicharry