Le pouvoir d’achat, la préoccupation principale de nos compatriotes.

D’après un sondage récent, le pouvoir d’achat reste la principale préoccupation des français. A ce sujet, vous pourrez consulter l’article Sud-Ouest de ce jour : lire ici.

La semaine dernière nous avons trouvé dans nos boîtes à lettre, un tract de plusieurs pages émanent d’un député Larem, faisant état d’un bilan dithyrambique de l’action de la majorité présidentielle au cours de la dernière mandature.

Pour l’inciter à revenir dans la vraie vie des gens, celle de la France réelle qui souffre des fins de mois difficiles , nous lui adressons à notre tour , quelques observations et des propositions argumentées, basées principalement  sur le pouvoir d’achat.

Dans notre pays, toujours plus riche, la pauvreté est toujours là !

En effet ,  avec un produit intérieur brut (PIB) estimé 2 918 milliards de dollars  pour 2021 (en hausse de 14 %), la France vient de passer au 5ème rang au classement des plus grandes puissances économiques de la planète.

Malgré cette embellie économique , la  France compte 9,2 millions de pauvres si l’on fixe le seuil de pauvreté à 1 102 euros mensuels pour une personne seule, à savoir 60 % du niveau de vie médian, selon les données 2019 de l’Insee, soit un taux de 14,6 % de la population française.

Une situation inadmissible dans un pays aussi riche que le nôtre !

Source :  l’observatoire des inégalités : Lire l’article

Les inégalités de salaire s’accroissent et le travail précaire  se généralise ! Il faut donc :

Permettre à chacun d’avoir un salaire décent, donc un emploi. Nous avons besoin de politiques ambitieuses de création d’emplois. Les politiques de baisse du coût du travail menées depuis plusieurs années ont atteint leurs limites. Développer un emploi de qualité impose une coordination,  à l’échelle européenne, sur le sujet, à la fois du droit du travail et d’une relance commune de l’activité.

Relever le salaire du bas de l’échelle : le Smic.

« Le Smic doit rester une porte d’entrée dans les emplois les moins qualifiés mais pas un horizon salarial pérenne comme c’est le cas pour environ 15 % des salariés aujourd’hui, souligne Luc Mathieu, secrétaire national de la CFDT. Ce qui nous préoccupe, c’est surtout une juste rétribution du travail. »

Le 1/1/21 le smic brut était de 1589,47 euros pour 35 heures/semaine et donc 1258 euros net. Si l’on compare avec les chiffres mentionnées de la pauvreté, on s’aperçoit que le travail ne paye pas assez.

Réduire les écarts dans les grilles de salaire existantes, notamment dans les conventions collectives. Pour cela, il faut renforcer la place et le rôle des salariés dans l’entreprise et dans les établissements publics.

Source : l’observatoire des inégalités : lire l’article

Pour preuve de l’insuffisance du SMIC et des écarts de salaires indécents :  le dernier conflit social au sein de l’entreprise Labeyrie à Saint Geours de Maremnes.

Pour lire l’article : Sud-Ouest

Conclusion : le compte n’y est pas !

Quelques propositions portées par nos élu(e)s socialistes.

Anne Hidalgo notre candidate , propose une augmentation du SMIC à un niveau mensuel net de 1450 euros.

Boris Vallaud, député de la 3ème circonscription des Landes propose de revenir sur le partage de la valeur ajoutée dans les entreprises en instaurant une protection salariale garantie.

« Face à la stagnation des bas salaires et à l’accroissement des inégalités salariales, notre système de répartition de la valeur ajoutée par la rémunération du travail doit être corrigé

En effet, depuis 2008, les salaires avant redistribution des 10% les plus aisés ont progressé près de trois fois plus vite que ceux des 10% les moins aisés, alors que cette tendance était beaucoup plus limitée les années précédentes.

La Protection salariale garantie permettrait de garantir à près de 5 millions de salariés, soit un tiers des salariés du secteur privé, une hausse salariale liée au partage plus équitable de la valeur ajoutée allant à la rémunération du travail en les faisant bénéficier immédiatement d’une augmentation moyenne de 10% de leur salaire, soit en moyenne 112 euros net par mois pour près de 5 millions d’entre eux.

Pour consulter le dispositif : Protection Salariale Garantie

Pour rappel, notre Président du Conseil Départemental des Landes, Xavier Fortinon, avait proposé avec 18 autres Présidents départementaux,  une demande d’expérimentation de revenu de base  qui a été rejetée par votre majorité, monsieur le député.

Pour lire l’appel du CD40 publié en Avril 2020 : Revenu de base

Notre candidate , Anne Hidalgo, issue d’un milieu populaire a parfaitement intégré dans son programme présidentiel cette problématique du « Pouvoir de vivre » .

Vous avez pu lire dans le texte précédent le Top 10 de ses principales mesures. Pour lire l’article.

Le secrétaire : Claude Descoubes

Le trésorier : Alain Dicharry

 

Un site utilisant Sites du Parti Socialiste des Landes